Carrières Nous contacter English

Chapelle Sixtine (Italie)

Chapelle Sixtine
ROME, ITALIE

Leur popularité était en train de signer leur perte. Les fresques peintes par Michel-Ange sur les murs et le plafond de la Chapelle Sixtine attiraient des millions d’observateurs ébahis tous les ans. Et chaque groupe de visiteurs faisait entrer dans la chapelle son lot de poussière, de chaleur et d’humidité. Le problème s’est aggravé lors de la méticuleuse restauration du chef-d’oeuvre entreprise par le Vatican, qui a redonné à l’original des couleurs d’une étonnante vivacité. Nettoyées de la suie et de la poussière déposées par les chandelles, de la graisse animale et d’autres saletés ordinaires, les fresques sont devenues encore plus vulnérables à l’humidité et à la température, produites essentiellement par l’apport quotidien de visiteurs.

Le Vatican a alors fait appel à Carrier pour qu’elle conçoive et installe un système de climatisation qui stabiliserait les fresques tout en permettant aux pèlerins du monde entier de s’émerveiller des oeuvres de Michel-Ange au-dessus de leur tête.

En combinant des produits de chauffage et de climatisation à la fine pointe de la technologie à des capteurs et régulateurs commandés par ordinateur, Carrier a su créer un système qui enveloppait les plafonds et les murs d’air et d’humidité tempérés. L’air ambiant est nettoyé par de puissants filtres qui retirent les produits chimiques et même les particules de la taille des bactéries. Pendant ce temps, les visiteurs baignent dans un courant d’air à haute vélocité qui fait en sorte que les poussières et l’humidité restent plaquées au sol. Le système permet également aux conservateurs du Vatican de sceller les fenêtres de la Chapelle et donc de la protéger contre les gaz d’échappement des voitures circulant dans Rome et les matières polluantes contenues dans l’air de toute grande ville.

Et à moins de savoir avec précision dans quelle direction regarder, le système est presque invisible pour les visiteurs et les fidèles, ce qui en soi représente tout un exploit dans un bâtiment où les murs érigés il y a 400 ans font 3 mètres (10 pieds) d’épaisseur à certains endroits.